Les portraits d’Action’elles : Gwendoline Cotrez, fondatrice de Movadom

Gwendoline COTREZ Portrait
Les expériences salariées… disons qu’elle n’a pas insisté ! Très jeune, très tôt, très vite, Gwendoline Cotrez a su qu’elle avait plus envie d’affronter une trésorerie qu’une hiérarchie.
Alors, avec son idée d’entreprendre, elle obtient un master II en transport et logistique. Sans idée précise, mais consciente que le transport et la logistique lui seraient bientôt très utiles.

Comme toute personne qui cherche la bonne idée pour entreprendre, elle se tourne alors vers les États-Unis. Elle étudie les concepts qui émergent, les franchises disponibles, et remarque que le business du déménagement de personnes âgées se développe depuis 20 ans. Elle qui cherche à se rendre utile, à développer une activité qui a du sens, elle qui se sent bien au contact des personnes âgées a trouvé son idée. Un test grandeur nature avec le déménagement de ses grands-parents de la Picardie à Paris finit de la convaincre : elle sera la première à adapter ce service en France.

Elle commence par écumer les marchés de sa ville. Questionnaire en poche, elle interroge les seniors sur ce qui les effraie ou pas dans un déménagement. Elle rencontre des directeurs et directrices d’EHPAD qui semblent l’attendre depuis longtemps.
Elle a 15 mois de chômage devant elle pour monter son affaire.
Les femmes qui l’entourent vont jouer là un rôle important. Ce sont des figures, des femmes fortes qui ont monté leur boîte et qui ne se laissent pas impressionner.
Parce que Gwendoline, 24 ans, quand elle se lance seule dans le domaine du transport et de la logistique, un secteur très masculin et assez… mûr, certains sourient. Certains même, trouvent qu’une petite jeune qui veut faire du business en vidant les maisons des petites mamies, c’est louche !
Mais elle tient bon, fait les choses à sa façon. Avec la douceur et l’empathie qui se lisent sur son visage. Elle s’entoure des femmes d’Action’elles qui la poussent à avoir plus d’ambition, à voir plus loin, elle est aussi suivie par Initiactive 95 (Initiative France).

Car son concept plaît, sa façon de le faire aussi.
Quand on s’adresse à des personnes vulnérables, il ne s’agit pas de les brusquer. Patiemment, elle s’assoit avec eux, étudie les plans de leur futur logement, y place les meubles qui peuvent l’être, trie 40 ans de leur vie, organise le don à des associations ou la vente d’objets qui ne sont même plus des souvenirs, prend en charge la paperasse qu’engendre un changement d’adresse.
Pendant le déménagement, elle s’attache à rendre cette transition la plus douce possible, recrée le même environnement, place sur chaque meuble des photos de ce qu’ils contiennent.
Les accompagner, comprendre ce moment de stress que peut représenter le changement d’habitat quand on déplace sa vie, ses souvenirs, tout ce qui habite nos murs. Créer toutes les conditions pour que ce moment puisse être, même à leurs âges, un nouveau départ.
Éviter ainsi que par peur du déménagement, certaines personnes âgées restent coincées dans des logements pas adaptés et difficiles à entretenir.

On comprend aisément pourquoi aujourd’hui, son entreprise se fait remarquer et les prix pleuvent. Et comme pour toute bonne idée, on finira par se demander comment est ce qu’on faisait avant !